Accueil     Mouvements au 15 juillet 2006 tribunal de Grenoble   BALESTAS en cause Photos du /11/02 2/09/05 701/06 3/03/06 23/02/05 Jean-Michel COUTIN   juillet 2008 janv.2009  nov.2009 2015 une ordure de moins !

Le bilan noir est volontairement occulté par les journalistes qui ne peuvent ignorer des sites Internet qui apparaissent dans les premières lignes en tappant les mots "René Proby". Cette crapule est décédée du stress de voir sur le Net que sa vie réelle n'était plus protégée par son réseaux mafieux de magistrats corrompus qui ont couvert ses malversations et autres trafics d'influence jusqu'à faire mettre René FORNEY et John HODGKINSON en taule pour tenter de les faire plier ainsi que d'autres en psychiatrie pour les faire taire.
- Faux acte notarié signés pour déposséder René FORNEY
- Faux compte rendu de son conseil municipal
Attribution à une de ses élus de sa liste 270.000 euros par an de subventions détournées des fonds de la petite enfance
- Violences physiques, pour nous arracher nos banderoles memejusticepourtous.org , lors de la manif du 1er mai 2013 par son groupe ami Gay Lesbien à ses ordres qui défilait avec lui comme toutes les années derrière la banderole "solidaire" à la fête du travail.

- Il serait aussi montré par des habitants de Saint Martin d'Hères comme pédophile et dénoncé pour être impliqué dans l'affaire des disparues de l'Isère. Il a fait jété en prison M. Hodgkinson qui aurait publié un témoignage.
- Clientélisme avec les permis de construire pour déposséder ou avantager les amis...

par Denis Souilla , France Bleu Isère
Isère : René Proby, l'ancien maire de Saint-Martin-d'Hères, est décédé mercredi

Jeudi 05 février 2015 à 12h53

René Proby est mort mercredi soir. L'ancien maire communiste de Saint-Martin-d'Hères allait avoir 62 ans. Il était une grande figure de la politique dans l'agglomération grenobloise et du parti communiste en Isère.

René Proby fut maire de Saint-Martin-d'Hères de 1999 à 2014. 
© Direction de la communication de la ville de Saint-Martin-d'Hères.

René Proby est mort mercredi soir. L'ancien maire de Saint-Martin-d'Hères de 1999 à 2014, ancien conseiller général, allait avoir 62 ans à la fin du mois de février. Pour des raisons de santé, pour se battre contre la maladie, il avait cessé toute activité politiques en janvier 2014. C'est une grande figure de l'agglomération et du parti communiste en Isère qui tire sa révérence

Mort de René Proby. (Nicolas Crozel) 

Entré en politique à 26 ans

René Proby prend sa carte au parti communiste en meme temps qu'il devient médecin il a 26 ans. Il choisit de devenir medecin généraliste alors que plusieurs spécialités s'offraient à lui mais lui voulait être le médecin des ouvriers, des empoyés. Il disait "le médecin du peuple" . Ensuite, il entre au Conseil municipal  de Saint-Martin-d'Hères à 36 ans sous l'aire de Jo Blanchon. Le maire communiste emblématique le choisit d'ailleurs, quelques années plus tard, en 1999, pour lui succéder quand le cancer le force à abandonner son mandat. À l'époque, René Proby n'était même pas adjoint mais conseiller délégué à la jeunesse.

Élu puis réélu

Maire à 46 ans, il sera élu sur son nom et réélu, en 2001 et 2008. Maire passionné, impliqué pour sa ville et ses concitoyens, qu'il représente aussi au département en tant que conseiller général du canton de Saint-Martin-d'Hères. Malgré ces engagements politiques, le Dr. Proby continue aussi d'exercer dans son cabinet un jour par semaine.

Des soucis de santé en 2005

Il y a dix ans, en février, une premiere alerte sérieuse frappe René Proby : un malaise, une violente crise d'épilpsie, ce sera le début d'une série de  problèmes neurologiques avec des crises plus ou moins aiguës qui iront en s'aggravant. Quelques mois avant les dernières municipales, René Proby préfère passer la main à son premier adjoint, David Queiros. Il restait toutefois élu au Conseil général.

Depuis l'annonce de sa mort mercredi soir, les réactions politiques se font nombreuses en Isère. Le secrétaire d'État André Vallini, qui a compté René Proby dans les rangs de sa majorité au Conseil général, salue "un homme de gauche fidèle à son ideal communiste et ardent defenseur des valeurs républicaines" . La sénatrice communiste Annie David, elle, a confié sa peine à France Bleu Isère. Elle saluait la mémoire de son ami René Proby, mort mercredi soir des suites d'un cancer au cerveau.