Accueil                                                    Autres photos du /11/02 2/09/05 701/06 3/03/06 23/02/05 Jean-Michel COUTIN   juillet 2008   nov.2009 ... ? 2016

DERIVES MAFIEUSE ? Pourquoi ce magistrat, CUNY Pierre-Marie, apparemment très compétent a retiré l'instruction au policier de quartier et a assuré la protection d'un policier truand MARGAILLAN Henri alors qu'il avait en main tout pour le poursuivre en 2000 ?
Sa carence a entrainé qu'un de ses associés, CWIKOWSKI Bruno, récidiviste sera arrêté seulement en 2003 sur intervention de L'IGPN de Lyon. Cela pour le vol de 20 000 fichiers (sur 17 mois) et la revente pour 600 000 euros de ces fichiers de la police à GRECO Pascal de la société A.T.E.R. étrangement toujours pas inquiétés en 2009 malgré le recel constitué.

Pourquoi, alors qu'ils étaient tous complices, un seul a été poursuivi ?
Les juges avec FOURNIER Dominique ont-ils acheté son silence en lui infligeant une sanction égale à 3% du butin encaissé ?
Dans quel scandale d'État sont impliqués ces truands pour que tous les procureurs locaux s'acharnent à laisser impuni ces délits ?

Liens avec les ripoux et le classement sans suite des vols de courriers par le procureur CUNY ? Voir , mais aussi ses tentatives mafieuses pour me faire taire !

Extrait du DL du 30 janvier 2009 pour une autre affaire (texte recopié ci-dessous)


Comment sont choisis ces tortionnaires !

Pierre-Marie Cuny, avocat général : "La vérité avec un grand V
n'a que rarement place dans les prétoires". Le DL /Fabrice HEBRARD

Coup de théâtre aux assises de la Drôme dans l'affaire Lasaad Lamiri
L'accusation capitule
ment à la faveur de la déposition du troisième accusé Rochdi M'Sallaoui, les trois avocats de la défense - MMes Girault, Ripert et Levy-Soussan- avaient multiplié les tirs de barrage sur l'ensemble des dépositions initiales du témoin fantôme Amor Kaak, dont l'avocat général a clairement reconnu ensuite qu'elles étaient pourtant la pierre angulaire du procès : incohérences sur les dates des fameuses réunions à la sandwicherie "l'Opéra" plus ou moins gérée par Kaak et décrite comme le quartier général de Miloud Hairane ; voyage du témoin en Tunisie une dizaine de jours avant les faits ; absence, dans le dossier, d'éléments relatifs au volume sonore régnant

certains termes importants de ses dépositions : après avoir qualifié Tark Bouclieb de "commanditaire", il avait répondu, lorsqu'il lui avait été demandé ce qu'il entendait par ce mot : "Il était macho, il donnait énormément d'ordres"... "C'est à croire, conclut M° Levy-Soussan, que le terme de commanditaire lui a été inspiré par quelqu'un d'autre"...
La justice a atteint ses limites"
Privé d'une partie de sa substance, ce procès se sera donc éteint peu à peu, jusqu'à ce que l'avocat général ne choisisse de s'en remettre à la décision clé la cour "L'appel m'avait paru justifié dans la mesure où de nouveaux témoins étaient convoqués. Il m'était également apparu que les langues pourraient ce délier. Or. le témoin sur