User-agent: Mediapartners-Google* Disallow: IMPUNITE de magistrats truands LUC FONTAINE - PRADIER Jean-Pierre ... et les complicités qui ont laisséfaire

Accueil  29 mars 2012 à Privas procès du juge FONTAINE

A Grenoble un lourd passif, entraves à la manifestation de la vérité, abus de pouvoir... la place du Juge Luc FONTAINE n'est pas au Palais de justice de Marseille, mais, en taule à la prison des Baumettes.
Enterrement de
ma plainte contre l'avocate corrompue Botta Aubert... la manipulation de mon tabassage par un ripou, 150 heures de garde à vue pour avoir dénoncé un réseau affairiste mafieux sous sa protection, la relaxe des MALDERA, arrêtés par 250 policiers serait aussi la conséquence de ses fautes ! La protection de confrères qui dérivent !
Où est le contrôle de l'Etat ?
SAMUEL part à Papeete, FONTAINE à Marseille pour faire la lumière ou enterrer les affaires politico-financières ? M. Fontaine revient président de la chambre de l'instruction à la cour d'appel de Lyon puis au conseil supérieur de la magistrature le 21 janvier 2011 ! Qui va enfin mettre de l'ordre dans nos institutions ?

Source Dauphiné Libéré du 4 juillet 2008 :               Zoom du document (texte recopié ci-dessous)

Ce n' est pas un adieu mais un « au revoir », il y insiste en connaissance de cause : à la même date il y a cinq ans, le procureur-adjoint Luc Fontaine, alors juge d'instruction, quittait Grenoble pour Valence dont il est revenu deux ans plus tard. Après une incursion de trois ans au parquet, dont il a assuré la direction par interim à deux reprises, il est cette fois nommé au tribunal de grande instance de Marseille, premier vice-président chargé des fonctions de juge d'instruction à la JIS, la juridiction interrégionale spécialisée. S'il sait déjà « qu'au bord de la grande bleue » il aura « la nostalgie de son équipe » M. Fontaine peut être certain aussi « d'y trouver des dossiers à sa mesure », comme l'a assuré le procureur de la République Jean Philippe. Qui craint en revanche que « l'expérience, les compétences et la connaissance du milieu » de son adjoint soient

Le procureur-adjoint Luc Fontaine
part à Marseille

Luc Fontaine (à d., Pascal Le Moan) : « Une page difficile à tourner »
.
Le DL/ Frédérique VERHAEGHE

Jean Pierre Pradier, dont il a salué la « grande maîtrise », sont en effet « des péna­listes, très appréciés de la cour d'appel, qui a prélevé son dû... ». Ils n'auront donc qu'à changer d'étage pour prendre leur poste de conseiller, avec « toutes les chances de continuer dans le pénal ! ». Mme Nathalie Gouy-Paillier et M. Martin Delage ont « accepté de les remplacer dans les fonctions très exposées » qu'ils exerçaient.

Enfin les six auditeurs de justice qui ont fait leurs armes à Grenoble en partent pour leurs premières affectations. Le président Brossier les a félicités tout en leur souhaitant « beaucoup de courage pour les quarante années » qui les attendent, dans une profes­sion dont il sait qu'elle est « souvent vilipendée ». Ce dont il leur a conseillé de se faire une philosophie en leur citant Nietzsche Même un juge clément n'est pas un objet d'amour ! ».

Claire SIRAND

« difficiles à remplacer ».

Au départ aussi, Mme Marie Chiflet qui « pour des raisons familiales » part pour Montpellier où elle retrouvera ses fonctions de juge d'instance. Et M. Pascal Le Moan, nommé vice- président à Albertville. Son absence à l'audience, où il

occupait régulièrement le siège d'assesseur, va s'inscrire dans une vraie métamorphose du tribunal correctionnel qui perd, pour reprendre les termes du président Brossier, deux "piliers" de la collégiale pé­nale. Les vice-présidents Bernard Jacob et

Les nouveaux arrivants

Le décret est attendu d'ici une dizaine de jours : onze nouveaux magistrats devraient être installés à Grenoble au mois, de septembre.

La cour d'appel devrait accueillir deux nouveaux présidents de chambre, M me Anne-Marie Durand, jusqu'ici conseiller à Lyon, et M. Daniel Muller, président à Chambéry. Deux des conseillers grenoblois sont appelés à d'autres

juridictions - Ml1e Rauly, vice-présidente au TGI de Chambéry, et M. Jean-Luc Pierre, vice-président également mais au TGI de Vienne - deux, outre MM. Pradier et Jacob, sont attendus, M. Jean-Christophe Fournier, vice-président chargé des fonctions de juge d ' application des peines à Valence, et M11e Joelle Blatry, vice-présidente du tribunal d'instance de Privas,

Au tribunal de grande instance,

deux nouvelles vice-présidentes, Mme Brigitte Peltier, actuellement vice- présidente du tribunal d'instance de Grenoble, et Mme Isabelle Clair, juge à Bourgoin-Jallieu. Trois juges, également au féminin: Mme Valérie Blain, juge d'application des peines à Metz, Mme Anne Gaillotte-Pasquier, substitut à Meaux, et Mme Christine Rigoulout-Leibe, juge d'application des peines à Valence.

Au parquet, c'est Mme Francine Advenier, vice-procureur à Lyon, qui remplacera M. Fontaine dans les fonctions de procureur-adjoint. Enfin le parquet général attend un nouveau substitut, M. Brillet, jusqu'ici vice-président à Fort-de-France. M. Pierre Coste, substitut à Privas, sera nommé vice-procureur placé auprès du procureur général Mme Martine Waldes-Boulouque.