Accueil      www.memejusticepourtous.org mais aussi autres associations dérives judiciaires dans les départements : 06 , 07 , 07, 13, 17, 24 , 26 , 29 , 34 , 38 , 59, 59, 66 , 70 , 71,..., 79 , 90, Autres sites Autres associations

Les réseaux, les relations, les barrages illégaux en justice.. 2021, une mafia pilote la France ? La seule solution : signaler, se grouper et agir ensemble.

Attention cette vidéo vente Ernest PARDO qui a pris des centaines de milliers d'euros à des victimes en prétendant qu'il ferait mieux que des avocats
Contact : ScRrh@free.fr 0688 12 34 33
Voir recopie avec liens aux scandales ci-dessous





















Sylvie CHARLES                                              Wasquehal, le 24 novembre 2021
3 rue Marcel Pagnol
59290 WASQUEHAL

PALAIS de Justice de PARIS
Monsieur Jean-Louis PERTES Président 10 boulevard du Palais 75001 PARIS

LETTRE OUVERTE

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les parties civiles,

Par la présente, j'apporte des informations suite à l'intervention de Monsieur François HOLLANDE concernant les attaques du 13 novembre 2015. Les victimes comme le peuple Français ont le droit de savoir le rôle que le gouvernement joue dans le « terrorisme ».

C'est en toute légitimité que je m'interpose dans ce procès, puisqu'officiellement la France est toujours une République Démocratique Populaire, un Etat de droit. Et, selon notre Constitution, tout citoyen a l'obligation de dénoncer tout crime tout délit portant atteinte aux intérêts de la Nation.

Je me présente Sylvie CHARLES citoyenne française dont l'identité est utilisée par le gouvernement français dans des affaires criminelles de financement du terrorisme, de blanchiment d'argent et de détournement de fonds p ublics. Monsieur MOLINS Procureur de la République de la Cour de Cassation, Monsieur SOULARD magistrat de cette même Cour ont pris soin « d'enterrer » mon dossier.

Vous trouverez ci-joint copie du courrier d'Europol qui témoigne du sérieux de cette affaire. (PJ 1) Le Ministère de l'intérieur a refusé toute investigation sur ce dossier. (PJ2 Réponse du Ministère de l'intérieur) Quant au Ministère de la Justice il rendra une ordonnance de non-lieu et me condamnera pour abus de constitution civile, décision prise en l'absence de toute instruction.

La France ne participera pas à l'enquête internationale lancée par EUROPOL sur le blanchiment d'argent à la suite de l'envoi de mon dossier. (PJ3 article le Parisien du 4 décembre 2019

Monsieur MACRON Président de la République, Monsieur DARMANIN ministre de l'Intérieur connaissent également l'existence de ce dossier tout comme cela était le cas de leurs prédécesseurs, tout comme Messieurs MELENCHON, DUPONT-AIGNAN, FASQUELLE, PAJOT, BERNALICIS, FERRANT, LARCHER, Mesdames LE PEN, SIX...

Le Brigadier-chef DEMONCHY de la police Nationale est mise en danger. En janvier 2019, elle va échapper à « son suicide » organisé par sa hiérarchie. Tout cela pour avoir répondu à ses obligations professionnelles et pour avoir activé l'article 40 du code de procédure pénale dans mon affaire.

Depuis, ma famille et moi subissons régulièrement des actes d'intimidation, dont les derniers en date sont la mise en danger par la FRI, (la Force de Réaction immédiate) de LILLE et le substitut du

1/11

Procureur de la République, Monsieur GOUPILLAUD du Tribunal de Grande Instance de LILLE : mise en insécurité, vandalisme, vol, menace de mort...

Le Tribunal de Grande Instance de BETHUNE était au courant de la séquestration de mon père depuis sa disparition en 1990. Il sera assassiné le 11 janvier 2010, pour protéger les activités criminelles du gouvernement. Séquestration, usurpation de son identité conduisant aux activités du grand banditisme en lien avec le Ministère des Finances Publiques. Tout ceci se passe sur le sol français, à Laventie dans le Pas de Calais.

Il me sera proposé un million deux cent mille euros pour que j'oublie ce qui est arrivé à mon père et que je me taise sur l'utilisation de mon identité dans une fraude fiscale, détournement de fonds publics, blanchiment d'argent et financement du terrorisme. Mon refus met en danger ma famille ainsi que moi-même.

Je vais donc en ma qualité de citoyenne chercher à comprendre pourquoi les plus hautes instances de mon pays, la France, pays de droit, ont privé mon père et moi-même de nos droits fondamentaux. Pourquoi ce pays de droit commandite le meurtre de citoyen et de fonctionnaire en toute impunité ?

C'est donc l'existence d'un compte à la Banque des Règlements Internationaux suisse au nom de mon père, les comptes à la Banque BNP PARIS BAS rattachée à une Société OFFSHORE, SODEFINA qui va me conduire dans la « haute politique » de notre pays. A cela viennent s'ajouter les révélations des gendarmes, policiers, militaires mais également d'autres fonctionnaires sur les malversations et crimes commis par le gouvernement au nom de la France au profit d'intérêts étrangers et privés.

(PJ 4 élément de la BRIJ et (PJ5 Fiche SODEFINA)

L'un des constats est que la politique étrangère comme la politique nationale conduites par le gouvernement au nom de la France ne sont ni une politique défensive, ni une politique de protection mais une politique « d'attaque ».

C'est ce qui va se révéler par la découverte d'une armée « secrète, non conventionnelle » EUROGENDFOR. EUROGENDFOR qui entretient une ambiguïté, elle s'affiche comme étant de l'Union Européenne. Ni l'ONU, ni le Conseil de Sécurité, ni la Cour Pénale internationale n'évoquent son existence, ni les médias comme les ONG. Or, cette armée est présente dans tous les pays où il y a des conflits. Sa mission est de mater les populations, de maintenir les hostilités et de former à l'art de la guerre les « terroristes ». Elle est intervenue en décembre 2018 en France contre les gilets jaunes. Armée qui a l'immunité, ne répond uniquement qu'à sa propre réglementation. Elle s'octroie le droit d'intervenir dans tous pays sans en demander l'autorisation et s'approprie tous les biens qui l'intéresse. Le siège de cette armée se trouve en Italie.

Liste des pays fondateurs d'EUROGENDFOR : la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, les Pays bas, rejoint par la Roumanie, la Pologne, et la TURQUIE en observateur...

En 2011, l'Assemblée Nationale et le Sénat ont intégré cette armée dans les comptes de l'ÉTAT.

(PJ 6 Extrait du compte rendu du Sénat du 7 novembre 2011)

Et, pour donner toute puissance et tout droit à EUROGENDFOR le gouvernement a entrepris de mettre en difficulté nos armées. En commençant par détourner les budgets prévus pour celles-ci et pour nos forces de l'ordre. On envoie nos militaires se battre avec du matériel défectueux en raison du manque de budget par exemple.

Le logiciel « Louvois » a servi financièrement les intérêts et la politique du CIMIM au détriment des intérêts de la FRANCE. Le CIMIM, le Comité Interministériel de Haut Niveau qui dirige

2/11

EUROGENDFOR, et dont Monsieur MACRON a la charge d'appliquer la politique. (PJ7 Extrait du rapport

d'information n°183 sur les forces EUROGENDFOR du sénat) et (PJ 8 Site EUROGENDFOR, le CIMIM)

En ce qui concerne nos forces de l'ordre, le gouvernement intègre à l'insu des policiers et des gendarmes, des agents du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité). Cette intégration se fait avec le concours des syndicats de la police. Cette structure anticonstitutionnelle hybride a été mise en place par le Conseil Constitutionnel, le Conseil d'Etat et des acteurs privés. Ceux sont des magistrats qui ont la charge de recruter ces agents. Ces agents ont la particularité d'avoir des casiers judiciaires lourds, et ils ont accès à tous les fichiers de la Police. (PJ 9 Extrait du rapport de la Cour des comptes de février 2018)

Certains agents du CNAPS sont armés, les gendarmes d'EUROGENDFOR sont habilités à circuler en civil, à être armés et transporter des explosifs sur tous territoires.

Si, nul n'est censé ignorer la loi, faudrait-il encore que le gouvernement la respecte et fasse prévaloir la légalité plutôt que l'illégalité, cela inclut la justice.

Dans son rapport de février 2018, la Cour des comptes tire la sonnette d'alarme, le CNAPS a pris la gouvernance du Ministère de l'intérieur, or, le CNAPS c'est la justice.

Nos institutions sont modifiées, notre Constitution du 4 octobre 1958 a été révisée en utilisant des méthodes qui se qualifie de supercherie, d'escroquerie. Les articles 11 et 89 de notre constitution du 4 octobre 1958 ont été sortis de leur contexte pour éviter tout référendum. Ce qui va permettre au gouvernement avec la justice d'œuvrer à la déstabilisation de notre Nation. Puisqu'avec le concours de certains médias tout sera fait pour que la population ne soit pas informée de ces modifications et de cette révision.

Voici quelques exemples :

A commencer par la justice

En décembre 2016, Messieurs LOUVEL et MARIN, respectivement Président de la Cour de la Cassation et Procureur général de cette même Cour vont adresser un courrier au Premier Ministre. Courrier diffusé par l'AFP (Agence France Presse) pour contester un décret émis par Monsieur VALLS plaçant la Cour de Cassation sous le contrôle direct du gouvernement par l'intermédiaire de l'inspection des services du ministre de la justice. Sauf que cette revendication n'est autre qu'un leurre en faveur de la perte de l'indépendance de notre justice et de l'absence de la séparation des pouvoirs. (PJ 10 courrier de Messieurs LOUVEL et MARIN)

Ce décret intitulé « décret n°2016-1675 du 5 décembre 2016 portant création de l'inspection générale de la justice »( PJ11 décret n°2016-1675) vient abroger un décret existant, le « décret n°2010-1688 du 29 décembre 2010 relatif aux attributions et à l'organisation des missions de l'inspecteur général des services judiciaires. » Décret de 2010 conforme à notre Constitution. (PJ 12 décret n°2010-1688)

Le décret de Monsieur VALLS a mis fin à l'indépendance de la justice et à la séparation des pouvoirs, par l'article 6 et l'article 9.

Extrait de l'article 6 de ce décret : « ... Le garde des sceaux peut autoriser l'inspection générale à effectuer ces missions à la demande d'autres ministres, de juridictions administratives et financières, de juridictions internationales, de personnes morales de droit public, d'autorités administratives indépendantes, d'organismes publics, de fondations ou d'associations, d'Etats étrangers, d'organisations internationales ou de l'Union européenne. »

3/11

Extrait de l'article 9 : « L'inspecteur général ... Il dirige, organise et coordonne les activités du service, répartit les missions, et fait connaître au garde des sceaux ou au Premier ministre les conclusions de ses travaux. »

Messieurs LOUVEL et MARIN toujours avec la complicité de l'AFP, du Président de la République, du Premier Ministre et du Parlement ont écris leur courrier sous l'entête de la Cour de cassation, or, ces deux magistrats étaient les présidents du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Aussi, ils auraient dû savoir que c'est le Président de la République qui est garant de l'indépendance de la justice, article 64 de notre constitution.

Tout comme selon notre Constitution, c'est le Président de la République qui se doit d'être le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature et le Ministre de la Justice le vice-président, article 65 de notre Constitution.

Sauf que la révision de notre Constitution a éliminé le Président de la République et le Ministre de la justice de la gouvernance du Conseil Supérieur de la Magistrature au profit du Président de la Cour de Cassation et du Procureur général de cette même Cour.

Aujourd'hui Madame ARENS et Monsieur MOL INS qui ont pris la succession de Messieurs LOUVEL et MARIN ont également violé le principe selon lequel « nul ne peut être juge et parti ». (PJ 13)

Le même problème se pose avec la nomination de Monsieur DUPONT-MORETTI en qualité de Ministre de la Justice.

Avocat spécialisé dans les affaires criminelles pour la défense, il a connaissance des ramifications entre les affaires de grand banditisme, le terrorisme et le gouvernement. Toutes les affaires se rattachant à mon dossier comme à tout dossier se rattachant au grand banditisme sont et seront évincées.

Pour information: Monsieur VALLS a été 1er ministre du 31 mars 2014 au 6 décembre 2016; Monsieur CAZENEUVE a été 1er Ministre du 6 décembre 2016 au 15 mai 2017 ;

- INSEE impose au gouvernement ses décisions :

Question du sénat n ° 03128 de M Jean Louis MASSON concernant l'intégration du trafic de drogue dans le calcul du produit intérieur brut au Ministère de l'économie et des finances. (PJ 14 document sénat)

Extrait de la réponse du Ministère de l'économie et des finances : « L'INSEE a décidé de faire évoluer le calcul du P1B, selon des méthodes statistiques sur lesquelles l'INSEE agit en toute indépendance, au regard de la réglementation européenne. Le Gouvernement ne peut que prendre acte du choix de l'Insee. »

L'INSEE service de statistiques du Ministère des finances travaille pour une structure étrangère « EUROSAT ». et s'impose auprès de notre gouvernement.

- Attentat Charlie Hebdo et Hyper casher

Europol dans -e cadre de ces attentats va démanteler un trafic d'armes dans le Nord Pas Calais en lien avec la gendarmerie de VILLENEUVE D'ASCQ (59).

4/11

Le 1" juin 2015 Monsieur CAZENEUVE va s'opposer à la demande de dé classification du secret défense du 10 avril 2015 émanant de MM Stanilas SANDRAPS et Richard FOLTZER juges d'instruction

au TGI de LILLE en charge de l'information ouverte en leur cabinet des chefs « d'exercice sans autorisation, en bande organisée, d'activité d'intermédiaire ou d'agent de publicité pour la fabrication ou le commerce de matériel de guerre, armes ou munitions de catégorie A ou B, détention, acquisition, transport de ces mêmes armes et association de malfaiteurs en vue de la préparation de ces délits ».

Cette décision de Monsieur CAZENEUVE va à l'encontre des intérêts fondamentaux de la Nation.

Il est nécessaire de rappeler que le secret-défense ré pondait à l'article 410-1 du code pénal.

Depuis. des modifications ont été apportées au secret défense applicable depuis le 1" juillet 2021. (PJ15 modification du secret défense)

Voici quelques extraits :

« ...Mieux impliquer les partenaires privés et étrangers dans la mise en ouvre des politiques de sécurité.

Dans un contexte d'internationalisation des politiques de sécurité et d'implication accrue des acteurs privés dans leur mise en ouvre, la réforme simplifie les échanges avec

•  nos partenaires étrangers, en ajustant les mesures de protection par niveau de classification aux leurs ;

•  les acteurs privés.

... Clarification des modalités d'accès au secret de la défense nationale des personnes morales. Nouvelle possibilité de transmission d'informations et supports classifiés à des acteurs privés dans le cadre des politiques de sécurité.

Clarification des modalités d'accès aux informations et supports classifiés des personnes morales (opérateurs d'importance vitale, établissements publics, etc.)... »

- Affaire BENALLA et CRASE

La commission de l'Assemblée Nationale comme celle du Sénat n'apporteront aucune réponse à la population sur qui sont ces personnes.

Individus armés, circulant librement sur le territoire, positionné à l'Elysée, proche d'Emmanuel MACRON, donnant des ordres à la plus haute hiérarchie des forces de l'ordre, frappant des manifestants.

Le parlement va se décharger sur la justice, qui n'apportera aucune réponse.

Il ne faut pas omettre que Monsieur BENALLA était en relation avec l'avocat du grand banditisme Karim ACHOUI, et en relation avec Alexandre DJOUHRI, homme d'affaire poursuivi pour blanchiment d'argent, détournement de fonds publics et corruption...

Le parlement et la justice ont donc décidé de passer sous silence que BENALLA et CRASE étaient des gendarmes d'EUROGENDFOR.

- Les gilets jaunes

Les gilets jaunes vont être assimilés par le Président de la République comme par le Ministère de l'intérieur comme étant des « terroristes » d'où l'usage inapproprié et excessif de la force : utilisation d'arme de guerre. Par exemple les grenades GLI-F4 classifiées en tant qu'armes de guerre dans le Code de sécurité intérieure, ou encore le LBD, arme de catégorie 2 classifiée arme de guerre...

Si certains gilets jaunes ont été inscrits au fichier S, les blacks blocs ont échappé à toutes arrestations comme à toutes poursuites.

Or, les gilets jaunes sont des citoyens qui ont d'ailleurs soumis au gouvernement leurs doléances, en retour ils n'auront aucune réponse.

Tout comme le défenseur des droits qui ne cesse d'attirer l'attention du Président de la République et des parlementaires sur le refus de répondre des administrations. Il n'obtiendra pas non plus de réponse ni de l'un ni de l'autre.

Mais avant d'aborder l'affaire du BATACLAN il était nécessaire de faire un état des lieux sur la sécurité nationale et internationale.

La politique appliquée à notre pays comme à l'étranger met en danger le peuple. Cette politique tenue « secrète », mais qui nous est imposée, s'abrite derrière notre Constitution, notre Vème République ce qui démontre la perversité de nos adversaires. Cette politique s'est infiltrée progressivement dans nos institutions, mais les autres états sont également touchés, d'où les similitudes sur la prise de certaines décisions comme on peut le constater avec la Covid l9.

Il n'a pas été facile de démêler cet imbroglio. Cette politique a établi un contexte ou la manipulation, l'ambiguïté, l'absence d'information, la désinformation, les fausses informations, le virtuel, la technologie, la soif du pouvoir, l'appât du gain viennent travestir la réalité. Qui ment, qui dit la vérité ?

Pour comprendre ce qui se passe il est nécessaire d'analyser, de croiser les informations et de s'appuyer sur la logique et les faits.

Il n'est pas raisonnable de débattre plus en profondeur sur « cette politique hybride » ici, puisque sa complexité nécessite de décortiquer chacun de ses éléments, ce qui ne peut se faire en seulement quelques lignes.

En revanche, il est possible de démontrer que le gouvernement œuvre à l'insécurité nationale en prenant le cas des attaques du 15 novembre 2015 au BATACLAN, où mon affaire se trouve au cœur de cette politique.

Monsieur HOLLANDE au cours de son investiture a pris la décision d'appliquer une politique de représailles au Mali, au moyen orient, en centre Afrique... Comment peut-on concevoir qu'une politique de représailles ne fasse pas de victimes collatérales ? Et, comment peut-on croire qu'une politique de représailles puisse conduire à la paix ?

Combien de civils ont été tué dans les opérations « homo », c'est pour homicide ? Et, quel bénéfice la République française en retire-t-elle ? Ces deux questions auraient dû être posé à Monsieur HOLLANDE, bien qu'il n'aurait pas été en mesure d'apporter des réponses. Nous sommes face à des politiques dépassés face à cette situation. Ils obéissent à des directives dont il n'est porté à leur connaissance qu'une partie de l'information, lorsque celle ci n'est pas un leurre. Ce qui n'enlève en rien leurs responsabilités, ils sont censés être en mesure de faire la différence entre le bien et le mal.

6/11

C'est d'ailleurs pour échapper à leurs responsabilités qu'ils ont intégré dans toute la gestion de notre Etat le transfert de responsabilité, qui selon notre droit est cependant illégal. On peut le constater actuellement avec les décrets et les ordonnances pris pour la COVID 19 non ratifiés, laissant « aux exécutants » le soin d'endosser la responsabilité de ces mesures coercitives anti sanitaire.

En 2010. le BATACLAN était connu comme étant la cible probable d'un attentat. Malgré les informations, cette menace sera classée sans suite.

Les informations ont été données par une française Duxe Hoxha qui était en lien avec Faouk Ben Abbes extradée en France par les autorités égyptiennes suite à l'attentat le 22 février 2009 au Caire.

- Dans le rapport de la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale n°3922 du 5 juillet 2016 intitulé « moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » présidé par Monsieur FENECH, il est fait mention du BATACLAN.

Dans cc rapport. paragraphe «4 Le Bataclan faisait-il l'objet de menaces concrètes ?

Devant la commission d'enquête, les avocats des familles des victimes, ont relayé une information, parue dans la presse (216) selon laquelle le Bataclan aurait fait l'objet d'une menace précise d'attentat terroriste

Le procureur de la République de Paris, M François Molins, a souligné, lors de son audition, le défaut de coopération de la part des autorités égyptiennes : ces renseignements « n'ont jamais pu être étayés en procédure et ont au contraire été mis à mal par l'attitude des Égyptiens, lesquels ont remis en liberté les principaux acteurs soupçonnés d'être en relation avec M. Ben Abbes »

Or, la France a des relations privilégiées avec l'Egypte. Ce qui fera l'objet d'un rapport intitulé « Egypte : Une répression made in France. Exportations d'armes et de technologies de surveillance. » de la FDIH, la ligue des droits de l'homme, de l'Observatoire des armements et de CAIRO institute, ce rapport date de 2018 pour des faits réalisés entre 2010 et 2016.

Il faut savoir que la France et les Etats-Unis sont des pays très critiqués sur le fait d'exécuter des personnes sur de simples allégations sans procès y compris des ressortissants de leur propre pays.

Les ONG ont demandé et continuent de demander une enquête parlementaire.

En 2019 Monsieur Jacques MAIRE (LRM) avec Michèle TABAROT (des Républicains) se sont rendu au CAIRE en toute discrétion. De toute évidence le Parlement ne souhaite pas rendre public le rapport sur les ventes d'armes et de technologie en Egypte. Selon certaines sources la France a loué les services d'EUROGENDFOR à l'Egypte portant ainsi atteintes aux droits de l'homme.

A l'heure actuelle des informations secret défense ont laissé filtrer que la France utilise les moyens pour combattre les djihadistes à d'autres fins, et dans le cas présent pour le compte de l'Egypte.

Extrait de l'article du Figaro du 21 novembre 2021(PJ 16)

«Théoriquement. les données recueillies devraient faire l'objet de recoupements afin d'évaluer la réalité de la menace et l'identité des suspects. Mais très vite, les membres de l'équipe comprennent que les renseignements fournis aux Egyptiens sont utilisés pour tuer tics civils soupçonnés de contrebande. Une dérive dont ils vont alerter leur hiérarchie à intervalles réguliers», en vain, poursuit le média en ligne, et ce malgré plusieurs bavures sur le terrain.

7/11

Selon les documents obtenus par Disclose, «les forces françaises auraient été impliquées dans au moins 19 bombardements contre des civils, entre 2016 et 2018».

Autre extrait du même article.

«L'Egypte est un partenaire de la France avec lequel - comme avec beaucoup d'autres pays - nous entretenons des relations dans le domaine du renseignement et de la lutte antiterroriste (..) ait service de la sécurité régionale et de lu protection des Français pour des raisons évidentes de sécurité et d'efficacité, nous ne communiquerons pas davantage sur lu nature des dispositi f s de coopération mis en œuvre dans ce domaine», a réagi dimanche soir le ministère français des Armées auprès de l'AFP, en précisant que Florence Parly avait «demandé qu'une enquête soit déclenchée sur les informations diffusées par Disclose».

Il ne faut pas oublier que la France est accusée d'avoir trahi la ratification du traité sur le commerce des armes, ni l'affaire de l'usine Lafarge.

- Usine Lafarge

La décision de la Cour d'Appel de PARIS d'annuler les complicités pour crime contre l'humanité et la mise en danger de la vie d'autrui a été annulé le 7 septembre 2021 par la Cour de Cassation.

L'usine LAFARGE est condamnée pour financement du terrorisme.

La Cour de Cassation a débouté de leur demande de partie civile les associations Sherpa et Life for Paris. Reste donc seule l'ONG European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR).

L'usine LAFARGE assure avoir obéi aux demandes de la DGSI et de Laurent FABIUS impliqués dans cette affaire.

Un fait qui a son importance, pendant tout le temps que l'usine a financé et poursuivis ces activités de cimentier en Syrie sous l'occupation DAECH, l'usine n'a pas été bombardée.

Le Mali

Extrait d'un article du 10 février 2020 de « the conversation s (PJ 17)

« Ce Constat est aussi celui de responsables politiques de premier plan, notamment au Mali. Au lendemain du sommet de Pou, le député malien Oumor Mariko, président du parti Solidarité africaine pour la démocratie et l'indépendance (Soli), tenait une réunion devant ses partisans où il dénonçait les conclusions du sommet, et surtout l'attitude du président Macron

« Monsieur Macron fait croire que les soldats français sont en train de mourir pour la liberté et la démocratie (...1. Les soldats fronçais sont des gens manipulés, envoyés à la boucherie pour les intérêts du capital financier français. » »

Autre extrait du même article

De nombreuses personnalités politiques et de la société civile ont alors pointé du doigt le rôle de la France dans la gestion du cas de Kidal. Récemment c 'est Salif Keita, chanteur très populaire au Mali, qui s'est lancé dans une violente diatribe contre la France et son président. Ses. Prop os, tenus en Fr ance, sont t rès clairs

8/11

«C'est la France qui poste des mercenaires pour tuer les Maliens, pour ensuite faire courir des rumeurs qu'il s'agit de djihadistes. 11 n'y a pas de djihadistes au nord du Mali. » »

- Le YÉMEN

Soutien de 17 ONG qui dénoncent les menaces de poursuites contre des journalistes enquêtant sur les armes françaises au YEMEN (PJ18)

- Toujours dans le rapport de l'Assemblée Nationale de la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale n°3922 du 5 juillet 2016 intitulé « moyens mis en ouvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 »

Dans le paragraphe « B. UNE COOPÉRATION EUROPÉENNE PAR DES OUTILS INTEGRÉS DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME ENCORE TROP TIMIDE 291

1. L'émergence progressive d'Europol comme un outil de lutte contre le terrorisme 291

o. La piste intéressante du Centre européen de la lutte contre le terrorisme 291

b. L'intégration encore trop timide d'Europol dans les politiques nationales antiterroristes 292 »

Je rappelle qu'EUROPOL s'est proposé pour investiguer sur mon dossier et c'est le ministère de l'Intérieur avec le Ministère de la Justice qui s'y sont opposés.

Le commissaire GALO de l'Hôtel de Police de LILLE va écrire qu'il existe une liste de dossiers sensibles dont mon dossier fait partie qui répond à un protocole spécifique. En l'absence de réponse sur ce protocole, je ne peux que constater que celui-ci a été géré hors cadre légal d'où la privation de mes droits fondamentaux.

-Toujours dans le rapport de l'Assemblée Nationale, paragraphe : « C. DES TERRORISTES NATIONAUX QUI SE SONT LOUÉS DES SURVEILLANCES MISES EN PLACE 145

1. La surveillance des frères Kouachi, interrompue pour n'avoir pas produit de résultats suffisamment rapides 145

2. La libération sans aucune information ni surveillance d'Amedy Coulibaly, pourtant condamné pour avoir projeté l'évasion d'un terroriste 147

3. Le départ en Syrie (et le retour) de Samy Amimour, pourtant placé sous contrôle judiciaire, et d'Ismaël Omar Mostefaï 148

D. DES TERRORISTES ÉTRANGERS QUI SE SONT JOUÉS DES FRONTIÈRES ÉTATIQUES ET ONT PROFITÉ DES CARENCES DE LA LUTTE EUROPÉENNE CONTRE LE TERRORISME 149

Subitement nos services sont devenus mauvais. Je rappelle que la DGSE en 2001 a montré un travail d'infiltration conséquent dans les rangs d'Al-Qaïda, qui les a conduit a adressé une note à la CIA le 5 janvier 2001 leur signalant les risques d'un attentat avec un détournement d'avion.

- Ce rapport s'intitule « moyens mise en œuvre par l'Etat pour lutter contre le terrorisme », or, je n'ai trouvé aucune mesure prise contre le financement du terrorisme, contre l'enrôlement des français dans les réseaux djihadistes.

Quant à l'engouement religieux, il n'est pas toujours le leitmotiv, le jeune laventinois, chauffeur du consulat français, arrêté en Israël pour trafic d'arme, percevait 5 500 euros par passage. (PJ19 article la voix du nord)

9/11

Pour information, l'attentat de la rue des ROSIERS à Paris du 9 août 1982 est toujours 39 ans après les faits pendant devant la justice. Le 30 janvier 2019, Yves BONNET ancien Patron de la DST va expliquer que la France avait passé un accord avec les terroristes. (PJ 20)

Les attaques du gouvernement français contre la FRANCE ne se limite pas aux crimes de sang.

Le gouvernement au nom de la France présente « une vitrine favorable aux droits de l'homme, aux respects des Nations », mais derrière cette vitrine il y a l'arrière-boutique où tous les coups sont permis pour favoriser des intérêts privés et pour cela il faut l'appui de puissances étrangères.

Aussi pour pouvoir court circuiter les mesures anti-blanchiment, les spoliations financières il faut rentrer dans le fonctionnement des Etats, museler les médias, asservir la population.

Pour déstabiliser la population, il faut donc appauvrir le pays et pour éviter toute prise de pouvoir citoyenne il faut terroriser la population. Le terrorisme se trouve être la solution.

La France dans ce schéma représente un problème de taille, nous sommes une république démocratique populaire, puisque c'est le peuple qui a validé la Constitution. Il est donc nécessaire de soulever le peuple contre sa Constitution. La seule solution s'attaquer à notre Education Nationale et installé le « chaos ». Le chaos structurel n'est pas une fatalité, mais une application afin de répondre à un objectif bien précis.

Je vous invite à prendre connaissance du compte rendu de certains ONG sur la restitution des biens mal acquis, compte rendu du 20 mai 2020. (PJ21 transparency du 20 mai 2020))

«Paris, mercredi 20 mai 2020,

Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) Transparency International France (TI-F), Sherpa,

l'Association des droits de l'homme en Asie centrale (AHRCA), Uzbek Forum for Humant Rights,

International State Crime Initiative, Civil Forum on Asset Recovery (CiFAR) et international Partnership

for Humait Rights s'inquiètent vivement de l'opacité des négociations franco-ouzbèkes concernant la restitution à l'Ouzbékistan des « biens mal acquis » par Gulnara Karimovo, fille de l'ancien-président.

Ces inquiétudes portent tant sur l'absence de garantie quant à la supervision du processus de restitution par les autorités françaises, que sur le manque de transparence quant au déboursement et au suivi des fonds en Ouzbékistan. »

Dans mon affaire, je vais me retrouver face à l'abus de pouvoir exercer par le Ministère des Finances Publiques. Ce qui va déboucher sur la découverte de l'existence d'une double comptabilité au sein de ce Ministère. Une comptabilité officielle et une comptabilité parallèle. Pour ces activités financières criminelles BERSY a besoin d'utiliser l'identité de citoyen, d'où l'augmentation d'usurpation d'identités, et le fait que ce délit n'est pas inscrit comme étant prioritaire.

La France est sous la gouvernante du CIMIM, Comité Interministériel de Haut Niveau. Ce comité répond aux directives d'un gouvernement sans état.

Ce gouvernement sans état qui s'incruste dans la gestion de nos pays est connu, il s'agit de la Fondation BILDERBERG qui depuis des années se sert de l'argent public des Etats avec la complicité de nombreux politiques et le concours de nombreuses loges francs maçonnique à l'échelle internationale en lien avec le grand banditisme.

10/11

Celui-ci a été sollicité Par la CIA afin d'intervenir sur l'Union Européenne. Ces informations on les retrouve dans les archives déclassées des États Unis.

BILDERBERG, on le retrouve au sein des banques centrales, la Banque des Règlements Internationaux suisse, la Banque Centrale de l'Union Européenne... au FMI, FMI qui reconnait avoir rendu encore plus pauvres les pays qu'il devait aider, à l'OMS, dans les états comme la France, mais également dans des ONG, des associations, l'OTAN, l'ONU, l'OSCE.

Tout ceci démontre que nos gouvernants font de la France un état terroriste. Ceux d'entre eux qui sont impliqués devrait se retrouvés auprès des accusés. En conséquence, j'invite les parties civiles à demander l'interruption de ce procès et la réalisation d'un complément d'enquête qui s'impose, afin de traduire en justice l'ensemble des vrais responsables des attaques du 15 novembre 2015.

Je me tiens à votre disposition, et vous prie d'agréer, Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les parties civiles, l'expression de mes respectueuses salutations.

Sylvie CHARLES

PS : En parallèle une vidéo est diffusée : http://youtu.be/yktQ4xp53Pk