Accueil    


Erreurs judiciaires reconnues
?

    Retour à la carte de France de ceux qui dérapent dans les institutions
Source le Point du 6/07/06 : Roland AGRET condamné à tort brûle son dossier pénal
Indemnisation... 500 000 euros
Texte recopié ci-dessous
Jusqu'au jugement du 28 novembre 2006, dans mon affaire les juges ont préféré céder aux pressions et protéger les policiers ripoux ! !

Texte recopié :


AGRET Roland
Dils Patrick
Masse Myriam

OUTREAU

ROCHEPAULE

SECHER

BOREL

 

Le 30 juin, Roland Agret, 63 ans, a brûlé son dossier pénal et jeté dans le Rhône son revolver petit calibre, avec lequel il s'était tiré une balle dans le pied en novembre pour protester contre un refus d'indemnisation. La fin, proclame-t-il, de trente-cinq ans de lutte pour établir ses droits, Roland Agret fut condamné à tort en 1973 à quinze ans de prison pour le meurtre d'un garagiste, puis libéré par grâce présidentielle après s'être coupé deux doigts. Il fut acquitté lors d'un nouveau procès d'assises en 1985, et obtiendra réparation, fin janvier, après avoir menacé de se" faire exploser" Place Vendôme. Une indemnisation dont il tient le montant secret, en accord avec la chancellerie.
Le Point révèle aujourd'hui que Roland Agret a reçu 500 000 euros.
Un montant qui fait grincer des dents.
" La chancellerie a cédé au chantage, affirme le député UMP et ancien magistrat Alain Marsaud Je ne suis pas contre le dispositif transac-

tionnel, mais attention à ce que cela ne conduise pas à une individualisation de l'indemnisation, où plus on est fort, plus la réparation est importante. " Même son de cloche du côté de Dominique Barella, président de l'Union syndicale des magistrats. "Je ne suis pas contre le principe de négociation avec l'Etat, mais encore faut-il que cela se fasse dans la transparence et l'équité. La
justice ne doit pas indemniser un ancien condamné au tarif d'une star de foot." Le ministère de la Justice se défend d'avoir cédé à la pression '."La situation juridique de Roland Agret était unique: la justice lui avait accordé 250000 francs d'indemnité pour les dix-huit mois passés en détention provisoire, mais rien pour sa condamnation et sa détention, car la loi de l'époque ne le permettait pas. " La tranquillité de la chancellerie n'est pas pour autant garantie. Président de l'association Action justice. Agret a déjà participé à 11 acquittements... o
JEAN-MICHEL DÉCUGIS