Accueil    
Grenoble, Lyon, Nice, Lilles, Perpignan, même abus de pouvoir, la quasi-impunité de l'affairisme mafieux de policiers comme (de 1992 à 2007) CWIKOWSKI Bruno avec son réseau mafieux avec des magistrats protecteurs en retraite et en activité... entraînent la multiplication des dérapages ! ! ! Du travail de flics à 20% pour le peuple et à 80% pour les copains truands contre le peuple.
DES JUGES SEMBLERAIENT VOULOIR enfin FAIRE LE NETTOYAGE - Vont-ils toucher aux magistrats et autres notables complices ?
Les sanctions seront-elles dissuasives ?

POLICE GRENOBLE ! ! ! Un responsable de la brigade des stups vole le courrier,
Un commissaire révoqué tabasse LA PARTIE CIVILE ! Il était poursuivi pour le vol des fichiers de la police (Ses associés sont ignorés)
Un policier à la retraite utilise sa carte et se fait imprimer mon historique fiscal,
Un policier partage les locaux du notaire qui enregistre ma spoliation immobilière.
Un "videur" au service de promoteurs se vente d'agir avec "la permission de la police" ! (2 -moins)
Un ex flic amant de mon épouse organise mon expulsion de chez moi en 1998. (Tous associés dans la même société de recouvrement) ...
des avocats achetés pour entraver mes recours, et, des magistrats grenoblois, lyonnais, parisiens protègent ces fripouilles malgré toutes les preuves publiées Google : RIPOU (ou trafic justice)

Dérapent dans le département 66 juges huissiers notaires avocats  gendarmes  Po- liciers 
sur le reste de la
France  

Des chefs de la police tombent ! ! (et les complices ? ) Assassinat ? 2015, les francs-maçons en cause
http://lagglorieuse.blogspot.com/2011/10/exclusif-le-commissaire-de-police-gavat.html

http://www.ladepeche.fr/images/depeche.pngGrand Sud Saint-Cyprien  et sa région
PUBLIÉ LE 15/10/2011 07:43 |  CHRISTIAN GOUTORBE

Saint-Cyprien. Suicide du maire : une plainte déposée contre le policier

Rebondissement dans l'affaire Jacques Bouille, du nom de l'ancien maire de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), mis en examen pour malversations et trafics d'œuvres d'art en décembre 2008, puis incarcéré et retrouvé suicidé dans sa cellule le 24 mai 2009.
L'ancien secrétaire général de cette commune, inquiété et placé en détention durant deux mois et demi dans ce dossier, vient de porter plainte, auprès du parquet de Perpignan, pour trafic d'influence contre Christophe Gavat, le policier qui a mené l'enquête sur ces malversations. Ce policier, qui était alors « patron » de la PJ de Perpignan, a récemment été inquiété à Grenoble, où il avait été muté, pour détournement de scellés dans le dossier du commissaire Neyret, le numéro deux de la PJ de Lyon.

Des liens avec des témoins
Selon l'ancien secrétaire mairie, il aurait entretenu des relations personnelles avec un des témoins à charge du dossier, une jeune femme employée de la mairie de Saint-Cyprien.
« Si ces faits sont vérifiés et avérés, c'est un cataclysme qui traverse ce dossier, estime Me Jean Robert Phung, l'avocat du plaignant. Surtout, si ces faits étaient connus au moment de l'enquête ».
Le procureur de la République de Perpignan, Achille Kiriakides, reste à la fois prudent et discret sur ce dossier ultrasensible dont pourrait prochainement se saisir l'IGPN, l'inspection générale de la police nationale. Le magistrat n'a pas confirmé l'ouverture rapide d'une enquête préliminaire dans ce dossier qui a déjà fait l'objet de contestation judiciaire. Marie Antoinette Bouille, la veuve du maire a déposé une plainte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger, visant l'ancien procureur Dreno, son substitut Alzéari et les deux juges d'instruction qui avaient travaillé sur ce dossier de trafic d'œuvres d'art au préjudice de la commune de Saint Cyprien. La veuve du maire les tient pour responsable de la mort de son mari, par pendaison dans sa cellule.



 
Pourquoi mes ripoux ont-ils échappé aux poursuites ?