User-agent: Mediapartners-Google* Disallow: René ESPENON huissier de justice grenoblois - ABUS DE CONFIANCE - Détournements

Accueil  Sanction ou pas à vous de juger lisez le jugement

Dérapages dans le département 38 juges régisseur huissiers notaires avocats  gendarmes    po- li- ciers     assermentés   Maires  Préfet  sur le reste de la France
Voir la suite de la procédure en 2007 ! (Lien avec mes dénonciations ? ) Le successeur de ce cabinet est DI GIROLAMO
En avril 2003 le Dauphiné Libéré écrit :" ... Le placement sous contrôle judiciaire, assorti du versement d'une caution de 450 000 euros (3MF) de René Espenon, un huissier de justice grenoblois soupçonné d'importants détournements ..."

Un huissier soupçonné d'abus de confiance aggravé ( Dauphiné Libéré 6 avril 2003)
GRENOBLE. Il est suspecté d'avoir détourné environ 300 000 euros au préjudice de ses clients.
C'est la chambre des huissiers qui a signalé l'affaire au parquet

Un huissier de justice grenoblois a été mis en examen vendredi soir pour abus de confiance aggravé après avoir été placé en garde à vue par les policiers grenoblois du SRPJ de Lyon.
René Espenon, qui était jusqu'à ces dernières semaines à la tête d'une des plus importantes études de Grenoble, a été placé sous contrôle judiciaire contre versement d'une caution s'élevant à 450 000 euros.
Cet huissier est soupçonné d'avoir détourné environ 300 000 euros au cours. des dernières années, et cela au détriment de ses clients. En effet, selon nos informations, il est suspecté d'avoir détourné les intérêts fixés par le tribunal en travestissant les comptes adressés à ses clients.
Il est également soupçonné d'avoir facturé, toujours à ses clients, l'emploi de certaines prestations fictives. Il en va ainsi, par exemple, de l'emploi de la force publique - dont l'opportunité est de la décision d'un juge - qui faisait parfois l'objet d'une facturation aux clients même lorsqu'elle n'était pas requise.
Selon une source judiciaire, cet huissier (qui est évidemment présumé innocent

avant jugement définitif) est soupçonné de s'être servi d'un logiciel Informatique qui permettait, lors de la dernière manipulation comptable effectuée par le suspect et non par ses collaborateurs - de réduire les sommes - par exemple certains intérêts qu'il aurait du reverser à ses clients: Plusieurs centaines de particuliers, mais également d`importantes sociétés bancaire « nu d'assurance auraient ainsi été flouées. L'immense majorité des personnes préféraient, lorsqu'elles soupçonnaient des anomalies, renoncer à s'attaquer à un huissier de justice", commente une source proche de l'enquête.
Il ÿ a quelques semaines cependant, la chambre des huissiers a été informée de ces malversations présumées, et a donc communiqué ses soupçons au parquet du procureur de la République, qui a saisi la police judiciaire.
L'étude de René Espenon, qui a donné sa démission il y a plusieurs semaines, est actuellement gérée par des administrateurs désignés par la chambre des huissiers.
DM

Le parquet demande l'incarcération de l'huissier (comparer !)
GRENOBLE. Le procureur conteste le placement sous contrôle judiciaire
de l'officier ministériel soupçonné de détournements. L'affaire sera examinée jeudi par la cour d'appel

Le placement sous contrôle judiciaire, assorti du .versement d'une caution de 450 000 euros (3 MF), de René Espenon, un huissier de justice grenoblois soupçonné d'importants détournements (DL du 6 avril), n'a pas satisfait le procureur de la République. Ce dernier, qui avait requis le placement en détention provisoire de l'officier ministériel, a en effet interjeté appel da la décision du juge de la liberté et de la détention. Cet appel sera

jeudi par la chambre de l'instruction René Espenon a été mis en examen, vendredi, pour abus de confiance par officier ministériel. Il est soupçonné d'avoir détourné quelque 300 000 € au préjudice de plusieurs centaines de clients.
La chambre départementale des huissiers avait elle-même saisi le parquet de soupçons de malversations, après en avoir été Informée par des clients qui auraient été floués.