User-agent: Mediapartners-Google* Disallow:POLICIERS CONTRE Décédé En sécurité entre les MAINS DE LA POLICE DE GRASSE : UN JEUNE mort étouffé

Accueil  

Dérapent dans le département 06 ju- ges régisseur huissiers mandataires notaires avo-cats gendarmes po-li-ciers sur le reste de la France

Ces policiers sont la honte de la police ! Leurs permettre d'échaper à la justice comme ceux de Grenoble est pire ! !

Affaire Neyret : les derniers rebondissements

Publié le 10-11-11 à 15:38    Modifié à 17:57     par   Le Nouvel Observateur  

Un rapport de l'IGS accable l'ex numéro 2 de la PJ de Lyon. Le douanier niçois placé en garde à vue a été déféré jeudi.

Michel Neyret est incarcéré depuis un peu plus d'un mois à la prison parisienne de la Santé. Le 3 octobre dernier, l'ex numéro deux de la PJ lyonnaise a été mis en examen, notamment pour corruption, trafic d'influence et association de malfaiteurs. Michel Neyret, qui doit être prochainement réentendu par les juges d'instruction parisiens Hervé Robert et Patrick Gachon, vit "très mal sa détention" selon   "RTL ", et s'apprêterait à demander sa remise en liberté. "Le Nouvel Observateur" fait le point.

Un douanier bientôt mis en examen ?   Le directeur adjoint de l'antenne niçoise des enquêtes douanières, Jean-Paul Piazzoli,   a été placé en garde à vue mardi 8 novembre . L'IGS (Inspection générale des services) l'a entendu au sujet de ses relations avec Michel Neyret, et il a été déféré jeudi 10 novembre en vue d'une probable mise en examen. Des voyages durant lesquels le douanier aurait accompagné l'ex-commissaire quand il était à la tête de la police judiciaire de Nice attirent particulièrement l'attention des enquêteurs. La compagne du douanier, Marie-Claire Solari, qui a passé une nuit en garde à vue, a clamé "l'innocence" de son ami,   tout en admettant qu'on puisse "lui reprocher une amitié toxique. "

Des vérifications sur des disparitions suspectes ?   Selon les informations publiées jeudi 9 novembre par   "Le Figaro ", l'IGS explorerait par ailleurs la piste d'éventuels homicides d'ennemis de Michel Neyret. Les enquêteurs épluchent les procédures citant les différents protagonistes de l'affaire pour s'assurer qu'il n'y a pas de disparition suspecte parmi les principaux ennemis des personnes les plus mouillées dans les trafics, rapporte aussi le quotidien, qui se demande si l'ex commissaire aurait pu "couvrir" des règlements de comptes.

Deux amis plutôt gênants au cœur du dossier.   Les voyages auxquels le douanier et Michel Neyret auraient participé auraient été payés par deux amis de Michel Neyret réputés proches du milieu lyonnais : Gilles Bénichou et Stéphane Alzraa. Selon le rapport de l'IGS dont plusieurs médias, dont   "RTL ", ont publié des extraits cette semaine, Gilles Bénichou a déclaré : "Michel Neyret est un mec qui vit, il fait partie des people de Lyon". S'il a nié lui avoir "remis de l'argent", Gilles Bénichou a affirmé avoir "donné, une fois, 200 euros dans une enveloppe à sa femme pour qu'ils aillent au restaurant." Michel Neyret avait par ailleurs offert à sa femme une montre Cartier d'une valeur de 28.000 euros. Un cadeau offert par Gilles Bénichou au policier pour le remercier de l'avoir mis en contact avec le réalisateur Olivier Marchal, qui lui a donné un rôle dans son film sur le gang des lyonnais. Stéphane Alzraa, quant à lui, est notamment soupçonné d'avoir mis à disposition du commissaire des voitures de luxe lors de séjours sur la Côté-d 'Azur.

La femme de Neyret le qualifie de "flic véreux."   Nicole Neyret, 62 ans, a été mise en examen pour "recel de corruption passive", "recel de trafic d'influence", "recel de vol" et "association de malfaiteurs", puis placée sous contrôle judiciaire. Lors de son audition, elle a affirmé que son mari était "très attaché à son travail" mais l'a aussi qualifié de "flic véreux": "quand il était sur le terrain, c'était un bon flic. Quand il a été dans les bureaux, il a changé car il était invité à de nombreuses reprises. (...) Il y a eu le projet du film d'Olivier Marchal sur le milieu lyonnais, (...) Il souhaitait connaître le milieu lyonnais. Michel est beaucoup sorti avec ces personnes-là. Il a été séduit par le milieu du showbiz." Selon les écoutes de l'IGS, elle aurait demandé à Gilles Bénichou de cesser de donner de l'argent à son mari, affirmant qu'il lui donnait "1.000 euros par ci, 1.000 euros par là" et le "pourrissait avec son argent".
Les détournements de drogue . Le même rapport de l'IGS indique qu'en avril, la femme de Michel Neyret a dit à Gilles Benichou que son mari avait donné des kilos "de merde" à un ami. Les a-t-il donnés à un garagiste en échange de réparations sur des voitures prêtées pour des enquêtes ? L'ancien policier n'aurait reconnu qu'un seul détournement de saisie dans lequel est impliqué un de ses collègues de la brigade des stupéfiants de Lyon. Il aurait mis hors de cause   les autres policiers lyonnais et grenoblois actuellement poursuivis.

Les recherches de Neyret dans les fichiers police.   Lors de ses écoutes menées pendant 6 mois, l'IGS a aussi découvert que Michel Neyret avait réalisé plusieurs recherches dans les fichiers police à la demande de Gilles Bénichou et Stéphane Alzraa. "80 % des interrogations que M. Neyret a effectuées dans la base Interpol étaient destinées à renseigner M. Benichou", rapporte   "RTL ". Quand l'IGS a demandé à M. Neyret quel était l'intérêt pour une personne recherchée de savoir qu'elle était fichée, l'ex commissaire aurait répondu : "le fait de savoir qu'elle est recherchée". D'où les soupçons de l'IGS sur le fait que le commissaire ait pu indirectement aider des personnes à prendre la fuite.

Les interventions de Neyret auprès des magistrats.   L'ex-commissaire est par ailleurs soupçonné d'être intervenu trois fois auprès de procureurs et d'un juge pour aider des amis qu' il faisait passer pour des indics . Il a notamment contacté un juge d'instruction lyonnais en présentant Stéphane Alzraa comme un informateur alors qu'il ne l'a jamais été "officiellement", précise aussi   "Le Parisien ". Ce juge a expliqué que Michel Neyret voulait "qu'il examine avec bienveillance la situation" afin d'éviter que son ami échappe à l'incarcération. La plupart des magistrats concernés ont été entendus et mis hors de cause, précise aussi   "RTL ".

Le compte bancaire de Neyret.   Les enquêteurs, qui ont étudié le compte bancaire de l'ancien policier, ont mis à jour qu'il n'avait retiré que 500 euros en six mois et qu'il n'avait utilisé sa carte bancaire qu'une dizaine de fois en 2011. Questionné au sujet des sommes en liquide dont il disposait, Michel Neyret a parlé de "gains au casino". Il a également expliqué avoir reçu un "héritage en pièces d'or" de la part d'une vieille dame dont sa femme Nicole était légataire. Entre "4.000 à 5.000 euros en pièces d'or" qu'il aurait revendues dans des bureaux de change de la région lyonnaise.

Des comptes en Suisse.   Une écoute de début juillet, menée par l'IGS, toujours, révèle que Stéphane Alzraa a demandé à faire ouvrir "cinq comptes" en Suisse au bénéfice de Michel Neyret en vue d'y déposer d'importantes sommes d'argent. A ce sujet, l'ex commissaire a déclaré qu'il "croyait que c'était légal" tout en ajoutant "qu'il était hors de question que (son) nom apparaisse."

Les explications de l'ex commissaire.   Michel Neyret reconnaît s'être peut-être trompé sur le compte de ses amis, rapporte encore   "RTL ". "Je regrette d'être dans cette situation. Toute mon action était sous-tendue par une volonté d'obtenir des résultats" a-t-il notamment déclaré, ajoutant que "malgré tous les faits qui (lui) sont reprochés, (il) ne se considère pas comme un flic corrompu, ni trafiquant d'ailleurs".

Le Nouvel Observateur